Auteur Sujet: [Critique] Keltia  (Lu 751 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Galaad

  • Dagda
  • ******
  • Messages: 5319
  • Sexe: Homme
  • Meilleur Fumier de la Rentrée 2016
[Critique] Keltia
« le: 09 juillet 2015 à 20:48 »
Jeu : Keltia
Auteur : Neko
Editeur : 7ème Cercle
Univers : Bretagne, à l'époque supposé du Roi Arthur
Système : caractéristique D10 (prend 2 meilleurs résultat) + compétence > Seuil de réussite
Pitch : Le Mythe du Roi Arthur d'un point de vue historique. Plongée au coeur d'Ynis Prydein, avec ses clans, ses légendes, Merlin et l'Awen.

Écriture :
Aucun véritable texte d'ambiance. On est lâché directement dans l'Histoire de la Grande-Bretagne. Vous deviendrez rapidement incollable sur ce qui s'est "réellement" passé sur Ynis Prydein (les informations sont corrélées avec des études historiques, des fouilles archéologiques,...). Le but est de coller le plus proche possible à ce qui aurait pu se passer à l'époque des légendes. Terminée les chevaliers en armures complètes sauvant les gentes de demoiselles. Vous êtes un membre d'un clan luttant pour survivre ou pour terminer dans les chansons des plus grands des bardes d'Ynis Prydein.
La lecture peut rapidement être difficile car plus de 70 pages sont entièrement consacrées à effacer les fausses informations transmisses par les écrits de Chrétien de Troye et être le plus véridique. Ce côté livre d'histoire pourra en rebuter plus d'un, sauf les férus du Mythe Arthurien ou d'Histoire.

Contexte :
Nous jouons à la fin du 5ème siècles, début du 6ème. Dans une Bretagne abandonné par les Romains, les Cymru ont repris leur destin en fin et doivent faire face à de nombreuses incursions extérieurs.
Par rapport au classique Pendragon, abordant le même sujet d'un point de vue différent, Keltia se veut plus historique. Le choix est intéressant et nous propose de jouer d'une facon nouvelle dans le Mythe du Roi Arthur.
Le Christianisme est l'ennemi et les Druides les grands conseillers des Rois. Bien sur le Folklore et les Légendes se font réels.

Création de Personnages:
Vous partirez d'Archétypes pour créer votre personnage. A partir de là, vous préciserez vos caractéristique et vos compétences vous permettant de le personnaliser grandement. Les choix sont assez larges pour créer de nombreux groupes sans avoir aucun personnage qui se ressemble. Surtout que des dons et des faiblesses leur donneront nue teinte bien plus particulière. En plus de cela, vous pourrez déterminer des prouesses martiales donnant la manière de combattre de votre création.
Aux joueurs d'avoir un concept de base, qui sera facilement créable, ou de suivre les étapes, créant un personnage sur mesure.


Système de jeu et Règles:

Le système de base est assez simple. Vous lancez votre score de caractéristique en D10, vous choisissez les deux meilleurs résultats que vous ajoutez à votre caractéristique. Vous n'avez plus qu'à faire un score supérieur au seuil demandé par le meneur.
Au niveau des combats, des bonnes idées ont été mises en place. En effet, il vous est possible de choisir le type de combat que vous souhaitez mettre en place. Puissante, Classique, Défensive... En plus vos prouesses martiales vous permettront de réaliser des actions incroyables.

Points négatifs :
- peu de créature à proposer pour le meneur
- la lourdeur des noms bretons d'époque. Il est parfois difficile de s'y retrouver et en jeu cela n'est pas facile de le restituer.
- l'absence de texte d'ambiance
- bien qu'un scénario soit présent dans l'ouvrage de base, il est le début de la campagne officiel. Le problème est que le scénario est un peu lent et fortement politique/contemplatif et pourra par moment endormir les joueurs.

Avis général :
Un très bon jeu qui change un peu de l'ordinaire, dans le domaine du Mythe Arthurien. Pour toutes personnes adorant ces légendes, je le conseille fortement. Il aborde le sujet d'un point de vue historique et propose de jouer un véritable guerrier Cymru.
Il faut par contre passer la première partie de l'ouvrage un peu lourde avec la description des clans et de l'Histoire (reprenant les rares ouvrages proches de l'époque et les découvertes archéologiques).
Je suis merveilleuse à  voir plus à  connaître car nul ne me peut empoigner, pour grande que fut sa main, hormis celui à  qui je suis destinée. Que nul ne soit si hardi que de me tirer du fourreau s’il ne sait mieux frapper et plus hardiment que tout autre,ou bien il mourra